Prix des carburants : « le racket de la population continue », selon Lutte Ouvrière

Jean-Hugues Ratenon,  député sortant de la La France Insoumise, dans la 5ème circonscription a tenu un meeting mardi soir dans la ville de Saint-Benoit. Plusieurs élus de gauche (Huguette Bello, le député européen Younouss Omarjee, Patrick Lebreton, Philippe Leconstant, Jean-Pierre Marchau, la socialiste Audrey Bellim…) ont participé à ce meeting lançant ainsi officiellement la campagne de Jean-Hugues Ratenon, candidat de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale).

Si le meeting  » a été un succès » note le député sortant, il regrette en revanche « l’attitude de Patrice Selly » qui lui a interdit l’accès au boîtier électrique se trouvant devant le marché couvert de Saint-Benoit où a eu lieu la réunion.

D’où le communiqué ci-dessous de Jean-Hugues Ratenon :

« De 18h30 à 20h30, vous avez été nombreux à me témoigner votre soutien : près de 500 personnes se sont rendus à cet événement. C’est un succès évident.

J’ai eu l’honneur d’avoir à mes côtés : Jean-Luc Julie (conseiller municipal de l’opposition à Saint-Benoît et candidat aux élections législatives en 2017), Claude Hoareau (président de l’APR et ancien député de la 5ème circonscription), Philippe Le Constant (conseiller municipal de l’opposition à Saint-Benoît et secrétaire de la section socialiste de Saint-Benoît et candidat aux élections législatives de 2017), Jean-Pierre Marchau (pour EELV), Audrey Belim (porte-parole de la fédération socialiste de La Réunion), Joé Bédier (président de l’UDSA et maire de St-André), Patrick Lebreton (président du Progrès, maire de St-Joseph et 1er vice-président de La Région), Younous Omarjee (député européen et membre de LFI), Huguette Bello (présidente du Conseil Régional et présidente du PLR) et Laëtitia Sidat (ma remplaçante).

Je remercie ces personnalités politiques ainsi que l’ensemble des militants venus de divers horizons pour leur dynamisme et leur engagement. Pourtant, les conditions de préparation de l’événement ont été difficiles. En effet, la municipalité m’a refusé l’accès au boîtier électrique public. Elle a aussi tenté de nous dissuader de tenir le meeting sur cette place publique (voir courrier en pièce jointe).

Or, nous sommes en période électorale et nul n’est censé ignorer la loi. Le respect de la démocratie a tenté d’être bafoué volontairement et brutalement. Notre démocratie a failli être mise à mal. Pour assurer le bon déroulement de ce meeting, j’ai dû louer un groupe électrogène avec toutes les conséquences que cela entraîne. J’invite le maire de Saint-Benoît a révisé sa position pour la bonne tenue de cette élection vis-à-vis de ma candidature et des autres candidatures. Sous le gouvernement de Macron, nous avons suffisamment souffert des atteintes aux libertés. C’est pour cette raison que Macron a été lourdement sanctionné dans notre circonscription et dans la ville de Saint-Benoît ».

Dans sa réponse à la demande que lui avait faite Jean-Hugues Ratenon avant la tenue du meeting, le maire de Saint-Benoit, Patrice Selly (qui soutient le candidat Ridwane Issa, son 1er adjoint, aux prochaines législatives) avait pris soin d’expliquer les raisons de son refus d’accorder l’accès au boîtier électrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.