La Cinor fait la pose des filets anti-pollution marine ce 26 avril

Partant du principe que nos océans ne sont pas « des poubelles », la Cinor accentue ses efforts avec ce mardi 26 avril la pose de filets anti pollution en mer.

Cela s’est effectué en présence de Maurice GIRONCEL, Président de La CINOR et  Yohann BELLON, Président de L’AAPPMARN.

En effet, la CINOR s’est engagée pour conduire une politique de transition écologique et promouvoir un territoire durable, respectueux de l’environnement et des ressources. Pour la première fois à la Réunion, sur le territoire nord, 4 filets anti-pollution seront mis en expérimentation à partir du 20 avril 2022.

Pour ce projet exemplaire une convention a été signée le 22 juin 2021 avec l’APPMARN.

APPMARN associe avec nous son expérience et son réseau professionnel de la mer qui pose et fixe les filets sur les 4 buses.

Ce projet a pour but de générer de l’activité, de l’emploi et de développement.

4 sites :

– Sortie d’eau pluviale en face de l’école Ylang Ylang sur le Bas de la Rivière Saint-Denis

– Sortie d’eau pluviale de la passerelle de la Fraternité sur le Bas de la Rivière Saint-Denis

– Sortie d’eau pluviale sur la Rivière Sainte-Marie, à proximité du Poste de police municipale

– Sortie d’eau pluviale à Sainte Suzanne rue du 20 décembre

 Méthodologie :

 Un fois par semaine un agent passera pour faire un rapport de l’évolution du remplissage du filet 0.

Le processus à l’enlèvement des déchets se fera 1 fois par mois qui seront ensuite acheminés au centre de transit à la Jamaïque pour y être pesés et ramenés au siège de l’association pour le tri et la pesée par catégorie. La dernière étape est donc le recyclage.

Ce projet a pour but de générer activité, emploi et développement.

 Le projet expérimental intègre-t-il un suivi des impacts sur la faune/flore marine : n’y a-t-il aucun risque de piéger des poissons ou autres tortues, coraux ?

 Le projet intègre un bilan de l’impact à la fois à proximité immédiate des filets et dans un périmètre plus élargi. Comme les filets seront installés en sorties d’eaux pluviales dans les rivières, il n’y aura pas de risque pour les poissons. Une vigilance particulière concerne la faune et la flore dans la pose et l’entretien des filets.

 Hormis l’association partenaire, quelle coordination avec les services de l’Etat/experts sur le sujet sur le territoire ?

 La coordination avec les services de l’Etat a bien été assurée dès la conception en amont du projet. Cela s’est organisé avec les services de la Police de l’eau (DEAL) et la Brigade nature de l’Océan Indien. Ces derniers ont donné leur aval pour la mise en œuvre du projet.

 Perspectives : quelle suite serait donnée à l’expérimentation en cas d’issue favorable et comment ?

 Il est convenu d’expérimenter dans une première approche le projet sur 4 buses et si les filets s’avèrent efficaces au bout des 2 ans.

La CINOR proposerait aussi d’équiper d’autres sorties d’eaux pluviales de ces dispositifs sur son territoire.

Parallèlement, il sera examiné la possibilité de créer une nouvelle filière locale génératrice d’emplois pour la fabrication et l’entretien de ces filets. Comme il s’agit d’une expérimentation, durant les 2 ans, une réflexion sera menée avec les associations de pêcheurs susceptibles pour la mise en place de cette filière à la Réunion. Un comité technique se réunira tous les trimestres pour faire le point sur les résultats obtenus. Un comité de pilotage se réunira par la suite pour orienter le reste de l’étude, prendre des décisions au vu des résultats du comité technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.