Emmanuel Séraphin, maire de St-Paul : « donner plus de pouvoir d’achat à nos administrés » (VIDÉO)

Avant l’examen du Compte Administratif 2021 par le conseil municipal ce jeudi après-midi (14 avril 2022), le maire de Saint-Paul, Emmanuel Séraphin, a tenu une conférence de presse ce matin (mercredi 13 avril), à la mairie, afin de dévoiler les grandes lignes du budget dont « l’objectif est de donner plus de pouvoir d’achat aux habitants de notre commune », a-t-il insisté. « Des comptes qui sont dans le vert », a d’emblée indiqué le maire en signalant que ce n’était pas le cas lors de l’arrivée au pouvoir, il y a près de deux ans, de la nouvelle majorité municipale. « Il manquait 6 millions d’euros pour équilibrer le budget », tient-il à rappeler.

Un budget marqué par la réduction des dépenses de fonctionnement, une meilleure maîtrise des charges du personnel dans le but de dégager de l’épargne nette, moins d’emprunt et, surtout, plus d’achat aux administrés saint-paulois. « Trois mesures fortes » en ce sens :

  • la cantine scolaire à 1 € par mois depuis la rentrée de 2022, qui profite déjà à environ 5 000 familles, soit 45% des élèves pensionnaires. Il y a 13 000 pensionnaires.
  • Mise en place de la mutuelle communale avec des tarifs de 30 à 40% inférieurs au prix normal sur le marché.
  • Gratuité des transports scolaires pour les élèves en primaire.

Sans compter, conformément aux engagements pris par la nouvelle majorité, « pas d’augmentation des taux communaux d’imposition ». Si augmentation il y aura, ce ne sera pas du fait de la municipalité, mais de l’Etat qui fixe les taxes en tenant compte de l’inflation. Laquelle, en raison de la conjoncture, est à 3,4% alors qu’elle était à moins 1%, il y a un an ou deux.

Entouré de la DGS (Directrice Générale des Services) Valérie Picard et du directeur des finances Jean Barret, le maire de Saint-Paul a expliqué les grandes lignes du budget communal. Il se félicite de présenter au conseil municipal un Compte Administratif 2021, «qui montre clairement que tout le travail que nous avons mené depuis plus d’un an a porté ses fruits puisque nous retrouvons les grands équilibres et nous parvenons à dégager des marges financières considérables», a-t-il noté.

La commune passe d’un volume de 18 millions d’euros d’emprunt en 2019 à 11 millions en 2021. Sa capacité de désendettement était de 10 ans en 2019, de 8 ans en 2020 et de 6 ans en 2021. Rappelons qu’Huguette Bello a été élue maire de Saint-Paul en juin 2020 en battant Alain Bénard (candidat de la droite unie) ; Puis, suite à son élection en juin 2021 à la tête de la Région, elle a passé la main à son 1er adjoint Emmanuel Séraphin en juillet 2021.

Problèmes d’approvisionnement et d’augmentation des prix : une motion adressée au préfet

 Ce dernier, avec toute son équipe administrative et celle municipale, déclare à l’occasion de la présentation du CA 2021 être parvenu « à maîtriser les dépenses et à optimiser les recettes ». Un travail mené notamment sous la houlette Mireille Morel-Coianiz, ancienne inspectrice du Trésor, aujourd’hui retraitée et élue municipale déléguée aux finances.

« L’optimisation des recettes a permis de lancer un programme d’investissements nécessaires à Saint-Paul », a souligné Emmanuel Séraphin. Parmi les projets figurent l’école de Grand-Fond (budget déjà arrêté et lancement prochain des appels d’offres) ; La médiathèque de la Saline, des équipements sportifs, la ZAC Guillaume, le PRU du centre-ville, la ZAC Savane, le Plan de rénovation urbaine de Saint-Gilles.

« Nous avons investi 36 millions d’euros, soit un taux de réalisation de 66% », a précisé le maire de Saint-Paul. Avant d’ajouter : « nous avons sorti l’école de Bellemène, de Roche Plate, livré des équipements sportifs à Savannah, à l’Eperon, des chemins d’exploitation agricole… » Emmanuel Séraphin informe qu’il va rencontrer les banques pour la mise en place du « PPI » (Plan pluriannuel d’investissement) dans lequel seront intégrées les réalisations à venir telles que la nouvelle mairie de Saint-Paul (pour l’instant il est question de négociations relatives au foncier de l’ancien hôpital Gabriel Martin), la médiathèque du centre-ville, les chantiers du cimetière de Guillaume (670 concessions supplémentaires), ensuite ceux de Villèle, Tan Rouge, Bois de Nèfles, Ravine Daniel et peut-être celui de Saint-Gilles-les-Bains.

Concernant les dépenses du personnel, Emmanuel Séraphin, rappelle qu’elles sont de 96 M€ et que « l’objectif est de conforter le personnel, de revaloriser les bas salaires ». Il signale par ailleurs avoir augmenté les tickets restaurant et plus que doublé la subvention du Comité des œuvres sociales (COS) qui est passée de 90 000 € à 200 000 €.

Le maire de Saint-Paul rappelle que la nouvelle majorité a voté une baisse de 10% des indemnités des élus (de 1,06 M€ en 2019, cette enveloppe budgétaire est passée à 964 000 €), ainsi qu’une réduction de la flotte de véhicules communaux, de la facture de téléphone… Ecoutez Emmanuel Séraphin, il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

https://www.facebook.com/100016989824186/videos/1611089849275569

 

Notons que le budget global de la municipalité s’élève à 220 millions d’euros répartis comme suit : 160 M€ en Fonctionnement et 60 M€ en Investissement. La commune compte 3 200 agents dont environ 700 titulaires. La municipalité a également de nombreux projets en matière de logements : 2000 logements à la ZAC Tamarin, 1700 à la ZAC Cambaie/Oméga. « Nous avons modifié le PLU pour dégager du foncier en vue de la construction de logements. Nous construisons à la Saline, sur le Guillaume, su Sans-Souci et en centre-ville… il y aura également des résidences pour personnes âgées sans compter que nous menons parallèlement une importante politique de résorption de l’habitat insalubre ». Le Compte Administratif 2021 sera examiné par le conseil municipal demain, jeudi.

Au cours de cette conférence de presse, le premier magistrat de Saint-Paul a annoncé qu’il proposera au conseil municipal de demain une motion relative à la situation économique actuelle « qui est préoccupante avec des impacts conséquents sur l’approvisionnement ainsi que sur les prix des denrées alimentaires ». Le maire a expliqué que « le but de cette motion est d’interpeller les autorités sur ces deux problématiques ». Il craint surtout un impact sur la restauration scolaire en raison, non seulement de l’augmentation des prix des  matières premières, mais aussi leur raréfaction. Il a précisé que le prix de l’ail sec a augmenté de plus de 10%, celui du beurre de 54%, les pâtes (89 à 109%), plus de 24% sur les viandes, plus de 30% pour les poissons… « Les menus de la cantine sont produits 1 mois à l’avance. Par rapport au problème d’approvisionnement, nous ne sommes plus en mesure aujourd’hui d’afficher ces menus ». Emmanuel Séraphin va prendre attache avec l’Association des maires de la Réunion (AMDR) présidée par son homologue de Petite-Ile, Serge Hoareau, afin de tirer la sonnette d’alarme sur ces deux préoccupations majeures. Après la conférence de presse, place sera donnée au débat demain soir. L’occasion sûrement pour les élus de l’opposition de monter au créneau et de dire ce qu’ils pensent de ce budget et des projets municipaux. A suivre !

Y.M.

([email protected])

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.