Le Parti Croire et Oser fustige « la méthode Gironcel » à Ste-Suzanne et à la Cinor (VIDÉO)

Mieux vaut prévenir que guérir : forts de ce dicton, Alexandre Laï Kane Cheong et ses dalons du Parti Croire et Oser (PCO) ont décidé de prendre les devants car ils n’ont pas envie de « voir » leurs noms « aux côtés de celui de Maurice Gironcel dans le prochain rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) ». Selon eux, tout laisse à penser que le maire de Sainte-Suzanne, qui est également président de la Cinor, pourrait avoir des comptes à rendre à l’avenir sur sa gestion. « Opacité sur les marchés publics, aucune vision sur les investissements, écoles qui ne sont pas en conformité à Sainte-Suzanne, les travaux de la piscine qui n’en finissent plus depuis 2014 en dépit des budgets votés… », les élus du Parti Croire et Oser ont expliqué, ce lundi après-midi (4 avril) au cours d’une conférence de presse tenue à leur permanence, qu’ils préfèrent, dès à présent, tirer la sonnette d’alarme. Aussi, pour bien marquer « la rupture » entre l’opposition que PCO incarne à Sainte-Suzanne et « la méthode Gironcel », ses élus boycotteront le conseil municipal prévu demain soir (mardi 5 avril) en mairie ainsi que le conseil communautaire  de la Cinor (vendredi 8 avril) où siège Alek.

Entouré de ses collègues élus et dalons Victor Tévané (dit Toto) et d’Olivier Dugain, Alek du groupe de l’opposition « lespri lé enkor là » précise que « PCO » souhaite « réaffirmer sa différenciation politique de « la méthode Gironcel », le maire communiste en poste depuis des décennies à Sainte-Suzanne et à la présidence de la Cinor depuis juillet 2020. De par une telle action, « nou vé dénoncer publiquement la façon dont on est traité par le maire communiste qui ne répond pas à notre demande de transparence dans la gestion ». Et Alek d’expliquer : « lorsqu’on demande des informations sur les 1,6 millions d’euros qui vont être votés pour les travaux de la piscine, on nous dit de passer directement à la piscine mais on nous précise qu’aucun document ne doit sortir, qu’il ne faut pas prendre de photo etc… Or, on parle de réfection de cette piscine depuis 2014 et le premier budget de 1,6 million d’euros a déjà été consommé ».

Selon Alek, « il s’agit là d’un exemple parmi tant d’autres à Sainte-Suzanne ». Ecoutez le secrétaire général du PCO. il explique à Yves Mont-Rouge les raisons pour lesquelles ses collègues et lui vont boycotter le conseil municipal de Sainte-Suzanne et le conseil communautaire de la Cinor « présidés par le même homme » :

https://www.facebook.com/100016989824186/videos/699221131122347

« On marche sur des œufs à Sainte-Suzanne en matière de marchés publics », ajoute pour sa part Victor Tévané. Olivier Dugain abonde dans le même sens et dénonce à son tour de nombreuses « défaillances » et « faiblesses dans la gestion Gironcel ». « Nous n’avons toujours pas de réponse concernant les chantiers d’élagage sur le front de mer de Sainte-Suzanne, idem pour celui de la piscine… Sans mise en concurrence, un marché de 99 952 € a été, confié à une entreprise pour la réalisation d’un mur en mœllons à Commune Ango. Les réseaux de canalisations sont foutus dans la commune. Il n’y a rien de structurant dans le quartier de Deux-Rives. Nous assistons à une montée inquiétante de la délinquance à Bagatelle. Nous avons demandé la mise en place d’un poste de police municipale dans ce quartier ainsi qu’une amélioration du cadre de vie. Rien n’est fait », regrette Olivier Dugain qui fustige par ailleurs le choix d’aménagement du centre-ville en matière de logement.

Le Parti Croire et Oser ne participera donc pas au vote du Budget Primitif 2022 de Sainte-Suzanne mais a relevé malgré tout en lisant les documents y afférents que la dette communale s’élève à 23,5 millions d’euros, que la commune contractera un emprunt de 2 millions d’euros, que le budget de Fonctionnement est de 46 millions contre 11 millions d’euros en investissement. « 11 millions d’euros pour quoi faire ? Nous n’avons aucune vision de son plan prévisionnel d’investissement. Et l’on s’en rend bien compte surtout avec les intempéries de ces derniers jours où on peut même faire du canoë-kayak dans les rues du centre-ville et de certains quartiers. Rappelons que le maire communiste qui se targue d’un plan climat n’a pas encore mis en place la GEMAPI à Sainte-Suzanne, d’où tous les cours d’eau qui débordent par temps de pluies… « , souligne encore Alek.

Si on ne sait pas encore pour qui « PCO » va appeler à voter à la présidentielle ou encore s’il présentera un ou des candidats pour les prochaines législatives, on sait en revanche que le Parti d’Alek a bien l’intention de prendre part (et toute sa part) à la bataille des municipales de 2026 à Sainte-Suzanne. Le travail a manifestement déjà commencé car outre le boycot de demain et de vendredi, il faudra s’attendre également à d’autres « actions fortes » :

https://www.facebook.com/100016989824186/videos/959008644815413/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.