Portrait de militante : Ramata Touré, l’adjointe au maire communiste de Ste-Suzanne, « 100% avec Macron »

Ramata Touré, qui sera vraisemblablement suppléante d’Eric Leung, à la députation dans la 6ème circonscription, mène une campagne très active en faveur du Président sortant. 7ème adjointe du maire communiste Maurice Gironcel à Sainte-Suzanne, vice-présidente déléguée à la Commission Environnement et Développement Durable de la Cinor, et présidente de la Régie du Service Public de l’Assainissement Non Collectif (SPANC Nord), cette dame qui a débarqué dans l’île, il y a 12 ans, a connu localement une ascension politique relativement fulgurante même si elle ne s’est jamais présentée à un scrutin uninominal. Une « percée » qui ne passe pas inaperçue sans doute parce qu’elle s’intéresse beaucoup à la vie d’autrui. D’ailleurs, elle se définit comme « une ambassadrice de la Réunion pour le développement durable » ou encore « une femme de cœur et de convictions sociales ».« Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, mais nous l’empruntons aux générations futures » : ce proverbe Masai pourrait résumer à lui seul l’engagement de Ramata Touré car elle se dit animée par la volonté avant tout de participer au Bien-être d’Autrui.

Avec Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne.

En la voyant, vous êtes sûrement nombreux, nombreuses à vous poser la questions suivante : d’où vient-elle La bientôt « quadra » (elle aura 40 ans le 14 juillet prochain, jour de la Fête Nationale) est Française d’origine africaine, née au Gabon et a grandi en France, depuis la maternelle mais tout en faisant des va-et-vient entre la France et l’Afrique (Mali, Sénégal, Mauritanie). Elle a passé une grande partie de son enfance à Boulogne-Billancourt (dans le 92), puis son adolescence  à SaintPathus (dans le 77) chez son oncle. Après le Bac, elle a vécu durant 10 ans à Poitiers pour suivre ses études (BTS MUC/Management des Unités Commerciales). C’est dans cette ville qu’elle rencontrera celui qui deviendra son époux, également d’origine africaine, et qui exerce aujourd’hui comme enseignant chercheur à l’Université de la Réunion. Mariée et mère de deux enfants (un garçon de 17 ans et une fille de 12 ans), elle a choisi la voie de l’engagement comme fil conducteur d’une existence placée sous le sceau de la solidarité et de la fraternité. Ramata Touré a foulé le sol réunionnais pour la première fois en 2009. Un appel ? Toujours est-il qu’un an plus tard, elle décide, avec sa famille, de poser ses valises à Sainte- Suzanne, « la Ville Moderne à la campagne », dit-elle.

Côté professionnel, Ramata Touré a été responsable commerciale, cheffe de secteur, avant de créer, en septembre 2017, la première plate-forme de vente en ligne de La Réunion, « cadeeplus.com », un supermarché en ligne pour permettre aux personnes isolées, âgées ou encore porteuses de handicap de pouvoir se faire livrer à domicile. Cette plate-forme a connu un intérêt majeur lors du confinement en mars 2020. Aujourd’hui, la réflexion se poursuit sur les pistes à explorer en vue d’une plus grande performance de cet outil de proximité et de solidarité pour la plus grande satisfaction de sa clientèle.
Par ailleurs, elle est fondatrice de l’institut de formation professionnelle des Outre-mer (IFP DOM) un centre qui a pour but d’accompagner la jeunesse dans ses projets professionnels. Une manière pour elle d’apporter sa contribution à l’élévation de qualifications et de… conscience de nos jeunes, qu’elle souhaite voir, « de plus en plus formés, responsables, épanouis et reprendre, le moment venu, le flambeau de la transmission et de l’engagement au service de l’intérêt général et de la Nation ».

Au niveau politique, Ramata Touré est une « Marcheuse ». Lectrice assidue des ouvrages politiques, elle est confortée dans son choix après la lecture du livre « Révolution » d’Emmanuel Macron. Un passage, notamment, finit par la convaincre totalement et définitivement dans sa décision : « (…) Nous sommes entrés dans une nouvelle ère. La mondialisation, le numérique, les inégalités croissantes, le péril climatique, les conflits géopolitiques et le terrorisme, l’effritement de l’Europe, la crise démocratique des sociétés occidentales, le doute qui s’installe au cœur de notre société : ce sont les symptômes d’un monde en plein bouleversement », écrit le Président de la République.

La militante de LREM estime que « notre territoire n’échappe pas à cette révolution ». Voilà ainsi résumé le contexte de son engagement de femme « pour une Europe économiquement forte, inscrite dans une vision de parité, d’équité, et progrès social durable ». Elle décide donc de rejoindre le Mouvement « La République En Marche » juste après la crise des gilets jaunes animée par « l’envie de prendre part au dialogue social en voyant la souffrance et la colère des citoyens exprimés par le ras-le-bol » estimant «qu’Emmanuel MACRON, avait déjà fait bouger les lignes, un an après son élection ».

En 2020, dans l’esprit du « Rassemblement » prôné par feu le fondateur du Parti Communiste Réunionnais (PCR) Paul Vergès, Maurice Gironcel, maire de la commune de Sainte-Suzanne, et par ailleurs, président du SIDELEC Réunion, l’intègre sur sa liste qu’il conduit dans le cadre des élections municipales, sur la base d’un projet politique axé sur l’urgence sociale et climatique pour la « ville moderne à la campagne ». Une liste qui remporte les suffrages des électeurs. Ramata Touré est élue 7e adjointe déléguée au Développement Durable, à la Transition Écologique et à l’énergie ainsi qu’élue communautaire. Parallèlement, elle accède également à la Vice-présidente déléguée à la Commission Environnement, et Développement Durable de la CINOR ainsi qu’à la présidence de la Régie du Service Public de l’Assainissement Non Collectif (SPANC Nord). Ramata Touré avoue sa reconnaissance à Maurice Gironcel pour lui avoir donné les moyens d’agir à différents niveaux en faveur de la transition écologique et de la biodiversité.

Engagement pour la réélection du président Emmanuel Macron

Ramata Touré poursuit son engagement aux côtés du candidat à la Présidence Emmanuel Macron. Elle est à l’initiative du Comité de soutien pour sa réélection, « Terre de Sainte Suzanne» en rassemblant autour d’elle des élus de la majorité présidentielle; Laquelle compte aujourd’hui plusieurs personnalités politiques et de la société civile, les chefs d’entreprises, les responsables du monde associatif, les étudiant-e-s et toutes les personnes de bonne volonté.

Ramata Touré explique son engagement en faveur d’Emmanuel Macron de la façon suivante :  « Notre île de La Réunion, zone ultra-périphérique de l’Europe et région de France, offre tous les atouts nécessaires au rayonnement de la diversité humaine à l’échelle d’un laboratoire du vivre ensemble. Avec ses plus de 900 000 habitants, elle fait partie des grandes régions de France et des plus denses zones ultra-périphériques de l’Europe qui mérite qu’on s’en occupe sérieusement et avec les moyens humains et financiers à la hauteur des enjeux. La lutte contre le réchauffement climatique, par exemple, est une préoccupation majeure qui mobilise maintenant tous les acteurs du territoire. Les EPCI et les Villes ont leur rôle à jouer. Avec quels moyens appropriés ? La majorité des actions à venir, le futur à bâtir, sera portée par les structures locales qui déclineront les politiques publiques, au plus proche de l’usager ».

La CINOR s’est engagée sur ces thématiques en adoptant le premier PCAET des DOM/COM, le 21 février 2019. L’érosion et les effondrements volcaniques, d’une intensité unique au monde, ont façonné un relief tourmenté et fait émerger des paysages grandioses. Dans ces espaces soumis à des microclimats variés, se sont développés des milieux naturels multiples et originaux.

Pour Ramata Touré « ces ressources naturelles ont favorisé le développement économique et la construction d’une identité créole qui ont à leur tour influencé les paysages de La Réunion. Elle lance un appel à poursuivre cette aventure humaine, « dans le respect de La République et pour l’épanouissement de chacun, j’invite toutes les Marcheuses et tous les Marcheurs à une synergie des volontés et à une collaboration bienveillante de sorte que notre mouvement devienne une force vive du changement durable à la Réunion. C’est encore à l’échelle locale que nous trouverons ensemble les solutions adaptées à la préservation de la biodiversité unique de notre île. La vision de notre comité est celle de préparer le terrain des futur-e-s élu-e-s garants, au contact de nos concitoyens, du bilan du gouvernement, dont nous devons être fiers, tant il est positif et préparer le dialogue social et économique, notamment sur les sujets qui concernent directement l’Outre-Mer français, du programme du 2ème mandat d’Emmanuel MACRON », conclut Ramata Touré.

Elle plaide pour « plus de justice sociale, de solidarité, de cohésion sociale, de promotion de la cellule familiale », amais aussi « pour un rayonnement sans cesse croissant de notre île et de la Nation au-delà de ses frontières ». Elle le dit et le répète : « Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, mais nous l’empruntons aux générations futures ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.