Juliana M’Doihoma : « je n’ai jamais manigancé un putsch pour renverser le président de la Civis »

Profitant du premier conseil communautaire de la Civis après l’élection le 20 février dernier du nouveau maire de l’Etang-Salé, Mathieu Hoarau, Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis et 1ère vice-présidente de la Civis, a remis les points sur les « i » car « on m’a prêté beaucoup d’intentions et de super pouvoirs durant la campagne électorale des municipales partielles de l’Etang-Salé », a-t-elle rappelé, hier soir, mardi 23 mars 2022. Durant cette campagne électorale, Juliana M’Doihoma ne s’en était pas cachée. Elle avait ouvertement soutenu le candidat Mathieu Hoarau face à Jean-Claude Lacouture. La maire de Saint-Louis a été alors la cible d’un « acharnement médiatique » de la part d’un média en ligne et d’une presse écrite locale.

Mathieu Hoarau, maire de l’Etang-Salé

Juliana M’Doihoma a souhaité, hier soir, clarifié les choses en prenant la parole lors du conseil communautaire présidé par le maire de Saint-Pierre Michel Fontaine. Un conseil consacré essentiellement à l’installation des 5 nouveaux élus de l’Etang-Salé au sein de la Civis. Gilles Clain le 1er adjoint de Mathieu Hoarau a été élu à la 2ème vice-présidence. Place qui était occupée auparavant par Jean-Claude Lacouture, aujourd’hui conseiller de l’opposition. Ce dernier était absent hier soir. Rappelons que la Civis est composé des élus de six communes du Sud : Saint-Pierre, Saint-Louis, Etang-Salé, Petite-Ile, les Avirons et Cilaos. Le maire des Avirons, Eric Ferrère, n’a pu faire le déplacement; Il a donné sa procuration au nouveau maire de l’Etang-Salé.

Gilles Clain, 1er adjoint au maire de l’Etang-Salé et 2e vice-président de la Civis.

Mathieu Hoarau s’est adressé à ses collègues du conseil communautaire. « En 2020, la volonté populaire a exprimé un besoin de changement de changement à l’échelle départementale, tant dans la façon de faire de la politique que dans l’incarnation de cette politique. Un changement générationnel est apparu, avec des femmes et des hommes jeunes, pour certains, qui ont été élus. En 2022, ce souffle du changement s’est confirmé à l’Etang-Salé. Comme le disait notre collègue et amie Juliana M’Doihoma, ce n’est pas une question d’âge mais une manière de faire. Cette nouvelle manière de faire a été consacrée à l’Etang-Salé dès le premier tour du scrutin par le suffrage universel, en dépit des préjugés, des rumeurs, des bruits et, surtout, des propos calomnieux. Désormais, le temps de la campagne électorale est terminé. Le peuple a tranché ».

Et le maire de l’Etang-Salé de poursuivre : « ce n’est un secret pour personne; Nous avons une entente très cordiale avec Saint-Louis et les Avirons. Nous souhaitons cette même fraternité et cette même entente cordiale avec les autres villes de la Civis car nous sommes dans le même bateau, nous partageons les mêmes enjeux et les mêmes difficultés. Cette fraternité, je l’appelle de mes vœux mais pas à n’importe quelle condition : le quoi qu’il en coûte et le quoi qu’il en soit, ce n’est pas notre refrain. Le seul credo qui nous anime, c’est l’intérêt général ». Le maire de l’Etang-Salé a conclu son intervention en deux mots : « au boulot ! ». La parole a ensuite été passée à Juliana M’Doihoma.

« une campagne d’injures et d’attaques de toutes sortes, entre mensonges et fantasmes, ladi lafé, diffamations et même obsession de certains opportunistes écrivant à l’évidence sur commande… »

La maire de Saint-Louis a tenu à s’exprimer lors de cette séance qui accueille en son sein des nouveaux élus de l’Etang-Salé. L’occasion pour elle d’une mise au point après la « campagne de dénigrement » dont elle a publiquement fait l’objet pour avoir ouvertement apporté son soutien à Mathieu Hoarau contre le maire sortant Jean-Claude Lacouture. « Un engagement pro Mathieu et la LVC (La Voix des Citoyens) qui m’a valu en retour une campagne d’injures et d’attaques de toutes sortes, entre mensonges et fantasmes, ladi lafé, diffamations et même obsession de certains opportunistes écrivant à l’évidence sur commande… »

Juliana M’Doihoma, maire de Saint-Louis et 1ère vice-présidente de la Civis.

Juliana M’Doihoma a redit hier soir aux élus de la Civis son soutien à Mathieu Hoarau. « Je ne peux que me réjouir de ce renouvellement, car comme vous le savez, j’ai ouvertement fait campagne pour la liste conduite par Mathieu Hoarau. Quoi qu’il m’en coûte, je ne m’en suis pas cachée, je l’ai soutenu publiquement au nom de nos valeurs communes et de notre volonté partagée de faire évoluer la gouvernance de nos institutions, pour que le citoyen puisse retrouver sa place au cœur de la définition des politiques publiques. Bien sûr nous avons d’autres points communs : dont un particulièrement évident comme notre année de naissance – 1984 – mais je tiens à souligner que ce prisme de l’âge n’est pas le bon, car bien au-delà de l’âge – qui est tel qu’il est et qui ne changera pas – c’est avant tout une manière de faire qui nous rassemble et une envie d’agir comme acteurs politiques conscients de vivre dans une société qui bouge »

La maire de Saint-Louis a dit ce qu’elle avait sur le cœur. « On m’a prêté beaucoup d’intentions et de super pouvoirs. Alors lé vré que mi lé un fanm dobout au mileu d’un univers masculin, lé vré que moin la pas peur grand-chose et surtout mi na rarement ma langue dans ma poche…mi peut comprendre que lé pa habituel…Mais de là à tenter de faire croire que je manigançais un putsch à la CIVIS pour renverser le Président Fontaine ou encore que je voulais annexer la Commune de l’Etang Salé…Je vous le dis sans détour ce soir : ce pitoyable écran de fumée dressé en pleine campagne électorale…il est grand temps de le dissiper en ce moment solennel où nos nouveaux collègues s’installent ».

Au-delà de « tous ces ragots », ce qui l’anime, a-t-elle rappelé, c’est « une gouvernance partagée au sein de toutes les collectivités dont la Civis. Ce qui ne serait pas encore le cas, manifestement. « Vous savez en réalité ce qui m’anime et je voudrai aujourd’hui le réaffirmer… Pour clarifier les choses une bonne fois pour toutes. Comme l’ensemble des élus de ma majorité municipale siégeant au sein de ce conseil, je suis très attachée à ce que les élus soient véritablement parties prenantes des décisions de l’assemblée délibérante. Un exemple emblématique :  lorsque nous devons voter le budget de l’institution, est-ce réellement trop demandé que de ne pas le recevoir uniquement lorsqu’il est ficelé et prêt à être voté ? En tant qu’élus, nous portons une responsabilité vis-à-vis de nos citoyens contribuables et il est à mon sens plus que légitime que de vouloir être travaillé en amont sur la stratégie financière avec les autres collègues élus. Être associé : ni plus ni moins à chacune des décisions qui touchent nos communes respectives. C’est de l’ordre du bon sens, la base même de la considération ! Et c’est d’ailleurs la trajectoire d’évolution inscrite dans la Loi Engagement et Proximité de Décembre 2019. Le législateur a notamment créé l’outil du pacte de gouvernance dont je ne désespère pas voir la concrétisation au sein de la CIVIS ».

La maire de Saint-Louis nourrit « plus que jamais l’espoir de voir la CIVIS instaurer dans les mois qui viennent son conseil de développement pour irriguer ses projets de l’énergie citoyenne…Voilà en résumé, loin de tout fantasme, ce qui m’anime réellement, à savoir faire participer les élus et les acteurs des territoires, qu’ils soit acteurs économiques, associatifs ou simple habitant, à la co-construction de la destinée de notre Bassin Sud », a-t-elle conclu en espérant « sincèrement » que l’installation des nouveaux élus de l’Etang-Salé « soit l’occasion d’un nouveau départ vers un changement de paradigme » qu’elle souhaite « d’impulser tous ensemble ».

Le président de la Civis, Michel Fontaine, a fait comprendre sans mot dire qu’il n’avait pas de commentaire particulier à faire à ce stade et a procédé au vote des nouveaux élus. Le conseil communautaire de la Civis a débuté à 17 heures et s’est achevé vers 19 heures.

Y.M.

([email protected])

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.