Selly, Vergoz, Nirlo, Eric Leung et les autres… en réunion militante avec Sébastien Lecornu

Il y a le temps officiel, celui où Sébastien Lecornu enfile son costume de ministre des Outre-mer pour effectuer sa tournée des communes et ses rencontres avec les acteurs politiques et économiques de l’île.Puis, il y a ce que l’on appelle le « temps militant » du Macroniste en campagne électorale. Les deux temps peuvent parfois se chevaucher…

Mais la vraie réunion militante, c’est-à-dire privée, uniquement sur invitation, s’est déroulée, hier soir (mardi 15 février), dans une grande salle, pas loin de la Jamaïque à Saint-Denis, près d’un club de tennis, à quelques dizaines de mètres de la Nordev. Une soixantaine de convives se sont retrouvées en compagnie de Sébastien Lecornu pour discuter politique entre « Marcheurs » ou futurs « Marcheurs ».

Sébastien Lecornu et Michel Vergoz

Parmi ces convives, outre les « Marcheurs historiques » que sont les deux Michel (Vergoz et Dennemont), notons également la présence de Patrice Selly (maire de Saint-Benoit), Richard Nirlo (maire de Sainte-Marie), Patrice Boulevart (vice-président de la Région), Sabrina Tionohoué (conseillère départementale LR de St-Pierre), Viviane Ben Hamida Payet (conseillère départementale de Saint-André, binôme de Jean-Marie Virapoullé), Bernard Picardo (conseiller régional de l’opposition), Gaëtan Adam (vice-président du CCAS de Sainte-Marie). Sans oublier bien sûr Bachil Valy, maire de l’Entre-Deux et référent territorial d’En Marche à la Réunion, Serge Hoareau (maire de Petite-Ile et président d’un comité de soutien à la réélection d’Emmanuel Macron) et tous les autres présidents et présidentes de comité de soutien (Ramata Touré de Sainte-Suzanne, Mathias Dassot des Jeunes Avec Macron…). Teddy Sorret, directeur de cabinet du Département, a aussi participé à cette rencontre. Idem pour Ranjit Camalon, le porte-parole d’En Marche.

Présents aussi, des acteurs économiques tels que Eric Leung (CPME), Pascal Thiaw-Kine (Magasins Leclerc), un des patrons du Groupe Ravate, le patron de Jina Chausures, un des responsables de l’enseigne Super U, Laurent Virapoullé (Pêche Avenir)… De nombreux jeunes ont également assisté à cette rencontre à l’instar du président de la Jeune Chambre Economique (Saméry Técher).

Toutes ces personnes qui ne se connaissent pas forcément entre elles puisqu’il s’agit de « pièces rapportées » – ce qui explique l’ambiance pas toujours très conviviale de la réunion – ont d’abord suivi sur grand écran installé dans la salle la prestation télévisée du ministre des Outre-mer sur Antenne Réunion avant d’accueillir le « Marcheur » Lecornu pour un moment d’échanges.

« Pas certain qu’Emmanuel Macron vienne à la Réunion pendant la campagne électorale… »

Bachil Valy a prononcé un discours introductif, souhaitant la bienvenue à Sébastien Lecornu. Le sénateur Michel Dennemont a lui aussi dit ce qu’il avait sur le cœur qui peu se résumer ainsi : « je constate aujourd’hui, avec satisfaction que les rangs se renforcent derrière notre Président Emmanuel Macron.
Malgré un bruit de fond souvent issu de fausses rumeurs ou de fakenews montées par des « complotistes en herbe » je suis heureux de voir que la raison l’emporte dans l’intérêt du pays, de la Réunion, des Réunionnaises et des Réunionnais.
Je constate que mon choix, en 2017, de rejoindre le groupe des sénateurs LAREM était déjà le bon. Maintenant, au moment crucial pour notre Pays, qu’est l’élection présidentielle, il est rassurant de voir plusieurs responsables, politiques et économiques ou encore associatifs, de notre Département rejoindre le choix qui est le mien depuis 5 ans ».

Sébastien Lecornu et Patrice Selly

La parole a ensuite été laissée à Sébastien Lecornu qui s’est dit « très content « de sa visite ministérielle. Il a par ailleurs beaucoup échangé avec les « marcheurs historiques » à savoir les deux Michel (Vergoz et Dennemont) qu’il n’a cessé d’interpeller gentiment tout au long de la réunion, a noté quelques frictions au sein de la Macronie locale « qu’il faudra gommer » le plus rapidement possible (des frictions entre Selly et Vergoz ?). Il a rappelé que la présidentielle est une élection « entre un homme et un peuple », qu’il faut tout faire pour faire élire cet homme, en l’occurrence Emmanuel Macron, en avril prochain. Et « au soir du 2ème tour , vous serez tous libres… pour les législatives ». Donc objectif on ne peut plus clair : « la réélection d’Emmanuel Macron ».

Concernant sa rencontre à la Région avec Huguette Bello, Sébastien Lecornu a repris son costume de ministre pour expliquer aux « Marcheurs » que l’Etat devait se mettre au dessus de la mêlée afin d’apporter un soutien « non partisan et équilibré » aux deux principales collectivités. « L’Etat fera pour la NRL à la Région ce qu’il a fait pour le RSA au Département ».Eric Leung a lui aussi dit quelques mots… en se trompant dans le nom de Sabrina Tionohoué. Normal, il ne connaît pas tous les élus/es.

Le « Marcheur » Lecornu a appelé les militants d’En Marche à mettre le paquet, à organiser les comités municipaux « car la campagne sera courte ». Le staff macronien parisien prépare avec Dominique Perben le projet pour l’Outre-mer en général et pour la Réunion en particulier.

Sébastien Lecornu a par ailleurs laissé entendre qu’il n’était pas encore certain « qu’Emmanuel Macron vienne à la Réunion » avant la présidentielle « mais il faudra faire comme s’il allait venir ». Après environ une heure d’échanges, tous les invités à cette réunion militante privée sont repartis avec une petite bouteille d’eau. En Marche est un petit parti qui n’a pas encore de gros moyens. Le coktail, ce sera après la présidentielle… en fonction des résultats !

Y.M.

([email protected])

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.