Patrick Lebreton présente ses vœux à la presse, ses projets pour St-Joseph et… « les défaillances » de la Casud (VIDÉOS)

Une table joliment dressée directement sous le hangar d’une famille de la Crète (Métro Rémy), au lieu-dit « Jacques Payet », dans les hauts de Saint-Joseph, avec en guise de décor, en arrière plan, outre un tracteur, des caissons remplis de beaux fruits et de légumes produits dans le secteur même. C’est ce cadre très naturel et verdoyant, avec une superbe vue sur Saint-Joseph « Terre des ambitions », ville qui se dresse quasiment à hauteur de la mer, entre des pitons, que Patrick Lebreton a tenu sa conférence de presse, hier, vendredi 28 janvier 2022, à l’occasion de la présentation de ses vœux.

Et si vous connaissez bien Patrick Lebreton, qui a été député de la 4ème circonscription pendant 10 ans (2007-2017) – c’est lui qui a introduit le bertel en vacoas à l’Assemblée nationale -, qui est maire de Saint-Joseph depuis 2001, 1er vice-président de la Région depuis juillet 2021, sans compter d’autres mandats comme président de l’IRT (Ile de la Réunion Tourisme) et président du SCOT (pour lesquels « je ne suis pas rémunéré », tient-il à souligner), vous imaginez bien que ce lieu n’a pas été choisi au hasard.

Pour cette présentation de vœux, Patrick Lebreton s’est entouré de deux jeunes élus, conseillers municipaux, Mathieu Huet (délégué à l’Agriculture) et Vanessa Colet (déléguée aux Parcs et Jardins). Le secteur de la Crète est un lieu symbolique car le maire de Saint-Joseph a surtout voulu mettre l’accent sur la ruralité qui, depuis son élection à la tête de la commune, a toujours été son cheval de bataille. L’un des points forts de son programme des municipales de 2001 (il y a déjà 21 ans) a été d’amener de l’eau dans les robinets de tous les foyers de Saint-Joseph. Promesse tenue peu après son élection « lorsque le maire avait encore en main les destinées de son territoire ».

Sauf qu’avec la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) de 2015, qui donne plus de pouvoirs à l’intercommunalité, les maires auraient plutôt tendance à subir ce qu’il serait convenu d’appeler « la supracommunalité ». Raison pour laquelle, en préambule de sa conférence de presse d’hier, Patrick Lebreton a eu « une pensée pour les 19 maires de la Réunion qui ne sont pas présidentd’EPCI ». Une façon parmi tant d’autres pour le maire de Saint-Joseph de cibler les « défaillances » de l’intercommunalité dans certains domaines de compétence. Il a pris l’exemple de l’eau. « Des permis de construire sont constamment refusés à des familles d’agriculteurs qui souhaitent développer leur exploitation suite au refus par la société fermière de leur accorder un branchement d’eau». Société fermière qui dépend de l’intercommunalité, en l’occurrence, concernant Saint-Joseph, de la Casud.

Idem pour le tourisme pour lequel ce n’est plus le Pays d’accueil d’accueil du Sud qui a la main mais une OTI créée par l’intercommunalité que Patrick Lebreton appelle ironiquement « l’OTIP » (Office du tourisme intercommunal… politique) ; « La Casud ayant installé à la tête de cette structure mon adversaire politique », fait remarquer le maire de Saint-Joseph. Patrick Lebreton laisse clairement entendre que sa commune n’a plus les moyens de travailler au sein de l’intercommunalité « qui est déconnectée des réalités des problématiques territoriales ». Il souhaite se réapproprier certaines compétences comme la politique de l’eau et le tourisme. « Je suis plus que jamais intercommunal et je n’ai rien contre le président de la Casud mais j’estime que tout est fait aujourd’hui au profit du Tampon dont le maire n’est autre que le président de la Casud et que le DGS de cette intercommunalité, qui a longtemps officié dans l’Ouest, n’a jamais eu une très grande connaissance des spécificités des territoires du Sud », signale Patrick Lebreton, qui n’a jamais eu pour habitude de mâcher ses mots. Il plaide d’ici à 2025 pour « une grande interco du Sud mais avec des intercommunalités de proximité pour une vraie territorialisation d’action ».

C’était un des principaux messages qu’a souhaité faire passer le maire de Saint-Joseph à l’occasion de la présentation de ses vœux à la presse. En précisant qu’il n’est « ni gros ker », ni « revanchard ». Comprenez qu’il ne tient pas ce discours parce qu’il n’a pas été élu président de la Casud en 2020, bien qu’il soit passé très près de la victoire. « Mais ce n’est pas de ma faute si je n’ai pas 82 ans », dira-t-il. Fermez le ban !

« Un hôtel de 50 chambres à Manapany »

La deuxième partie de son intervention a été consacrée aux projets communaux pour 2022 et plus. Au programme : la livraison au cours du premier trimestre de la Maison des veillées de Vincendo (650 000 €), seconde structure de ce type après celle du Butor. Une troisième verra le jour aux Lianes ; Un futur Pôle culturel en lieu et place des Services techniques dans la ZAC des Grègues ; 2022 verra le début des travaux de la Place François Mitterrand pour 1,5 million d’euros financée par le FEDER ; Opération « Chemin Café Vincendo » (logements, centre social, centre médical et pôle d’échanges pour faciliter les déplacements au sein du quartier) ; « Cap Austral Langevin » (jardin habité et programme de 169 logements) ; Hôtel de 50 chambres et projet d’aménagement global à Manapany ; Plan de résorption des radiers dans de nombreux secteurs de la commune pour plus de 5,5 millions d’euros ; Programmation de voiries agricoles (Chemin de la Croizure pour 1,5 M€, Chemin Terrain-Galet/Langevin pour 4 M€) ; Opération de rénovation énergétique dans trois écoles pour 3 M€ dans le cadre du Plan de relance… Ecoutez Patrick Lebreton sur les grands projets de la commune et sur son souhait de se réapproprier certaines compétences intercommunales. Il est au micro d’Yves Mont-Rouge :

https://www.facebook.com/100016989824186/videos/620677035892981

 

Le maire de Saint-Joseph a également signalé une bonne nouvelle au tout début de son intervention. Celle de la reconnaissance l’état de calamité par le gouvernement suite aux pluies torrentielles et destructrices d’août dernier, en plein été austral.

« Je soutiendrai un candidat ou une candidate de gauche »

La troisième partie de la conférence de presse a été consacrée aux prochains scrutins : la présidentielle et les législatives. Patrick Lebreton précise qu’en tant « qu’homme de gauche », il soutiendra un candidat ou une candidate de gauche à,la présidentielle d’avril mais sans pour autant participer à la primaire. Quant aux législatives de juin, notamment dans les 3ème et 4ème circonscriptions, le Progrès (son parti politique) présentera des candidats ou candidates.

https://www.facebook.com/100016989824186/videos/680711052930459

 

Il en dira plus, prochainement ! La présentation des vœux s’est achevée aux environs de 14 heures autour d’une bonne table, celle de « l’Auberge des randonneurs » au 17, chemin des Barbadines, toujours à « Jacques Payet »/La Crète avec au menu des préparations 100% réunionnaises à base de produits des hauts de Saint-Joseph. Rural un jour, rural toujours !

Y.M.

([email protected])

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.