Canne : les planteurs positionnés devant l’usine de Bois Rouge cet après midi

Après trois semaines de mobilisation au Barachois, les planteurs et industriels ont signé, mercredi 13 juillet, la convention canne 2022-2027. La  campagne aurait dû débuter ce mercredi 20 juillet 2022 mais depuis lundi, rien ne bouge… c’est même le bras de fer qui est engagé entre les syndicats et l’usinier. Les planteurs ont commencé par boycotter la tenue des Commissions Mixtes d’Usine (CMU) qui doivent régir les règles 2022 de cette campagne sucrière qui n’a donc pas débuté.

Le 20 juillet 2022, un coup de pression a été donné dans l’est par  les planteurs, qui se sont réunis à l’usine Bois Rouge. Ils entendaient protester contre  la modification du protocole de campagne actée par l’usinier. L’usine de Bois Rouge a du être évacuée par Téréos.

Ce jeudi 21 Juillet : nouvelle occupation de l’Usine de Bois Rouge

Cet après midi, les planteurs maintenaient la pression et se sont encore réunis devant l’Usine de Bois Rouge à Saint André.Une actualité à suivre sur Free Dom

La réaction de TEREOS

« Nous déplorons ce débordement qui pénalise non seulement les collaborateurs des sucreries mais également la très grande majorité des planteurs qui souhaitent pouvoir démarrer la campagne et bénéficier du cadre favorable de la nouvelle convention canne. Nous espérons que les commissions mixtes d’usine pourront se réunir très rapidement pour fixer une date d’ouverture de la campagne sucrière. » précise Tereos dans un communiqué envoyé à notre rédaction.

Hier, mardi 19 juillet 2022, à l’usine de Bois rouge devait se tenir la Commission mixte d’usine (CMU) qui fixe le cadre de la campagne sucrière, notamment, les dates de début de campagne dans l’Est et le Sud.

Mais les planteurs ont refusé d’assister à la CMU. La raison ? L’industriel demande d’effectuer un second échantillonnage pour contrôler la richesse de la canne en cas de suspicion. Il a modifié hier le protocole de campagne que les représentants des planteurs ont refusé de signer.

« La réunion CMU qui devait avoir lieu ce matin à Bois Rouge ne s’est pas tenue, indique la FDSEA. Le protocole de démarrage de campagne proposé par l’usinier concernant la fibre sur richesse n’est pas acceptable pour nos agriculteurs. La demande de révision des usiniers ne correspond plus au rôle du CTICS qui est d’analyser la richesse des cannes. Les Présidents de la CMU n’ont donc pas pu fixer de date de démarrage de la campagne sucrière pour l’Est de l’île. La réunion prévue cette après-midi au Gol sera dans le même esprit que le Nord-Est. Le début de campagne sucrière est donc suspendu tant que Tereos ne reverra pas le protocole de démarrage de campagne. »

La Chambre d’agriculture solidaire avec les planteurs

Dans un communiqué, Frédéric Vienne, président de la Chambre d’agriculture, manifeste son soutien aux planteurs suite à la décision de passage en force de l’industriel Tereos sur le protocole de campagne.

« Alors qu’un consensus a été trouvé sous l’impulsion des syndicats agricoles et de l’Etat sur la Convention Canne 2022 -2027, les planteurs doivent une nouvelle fois composer avec le bon vouloir de l’industriel qui semble prendre une totale liberté concernant le protocole de campagne.

En lien avec l’article 9 Bis de la Convention, ce protocole concerne la mise en place de mesures destinées à garantir la représentativité de la mesure de la richesse et du taux de fibre dans le cadre de l’échantillonnage des chargements de canne. Mesures qui auraient dû être validées par toutes les composantes du Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre (CTICS).

LE CTICS, une structure équitable pour le planteur ?

Au-delà de l’essence de ce protocole – qui n’existe qu’à partir d’un certain niveau de sucre et de fibre ciblant certains producteurs et remettant même en cause le principe de la juste mesure – c’est bien l’absence d’accord des syndicats agricoles qui interpelle.

Elle interpelle et interroge sur l’identité paritaire du CTICS dont on se demande s’il représente véritablement nos planteurs. Lors de la Convention, il avait d’ailleurs été convenu avec l’appui technique de la Chambre d’agriculture de jauger cette campagne pour définir d’un commun accord le protocole qui refléterait le mieux la teneur en sucre des cannes longues machine (CLM).

Aujourd’hui, force est de constater qu’il n’en est rien.

La Chambre d’agriculture dénonce avec fermeté cet agissement de l’industriel qui pénalise aussi bien le lancement de la campagne dans un contexte ou 1736 planteurs sur 2587 n’ont pas atteint la richesse de référence en 2021. Avec mes élu(e)s, nous condamnons cette décision validée au sein d’une institution d’enregistrement où les planteurs n’ont pas leur mot à dire. Pire, l’usinier tente même de diviser les planteurs évoquant l’impact du démarrage tardif de cette campagne 2022.

Je condamne cette position de l’industriel qui a même refusé hier de recevoir les syndicats planteurs et leur contre-proposition et apporte son plein soutien aux producteurs de canne dans  ce nouveau combat. »

Crédit photos : page Facebook officielle Jeunes Agriculteurs de la Réunion et Charles Luylier qui était sur place

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.