Tereos : un « Canne Echo » Spécial convention canne, protocole CTICS et valorisation de la tonne de canne

100€ LA TONNE DE CANNE : UNE CONVENTION PORTEUSE D’AVENIR 

La Convention Canne 2022-2027 a été signée le 13  juillet dernier par tous les acteurs professionnels de la  filière canne-sucre de La Réunion (le CPCS, la chambre  d’agriculture, tous les syndicats agricoles, le syndicat du  sucre), le Préfet, les représentants des deux collectivités  locales : Conseil régional et Collectivité départementale,  Albioma et le ministre délégué aux Outre-Mer, Jean-François  CARENCO qui est personnellement intervenu et a souhaité  s’associer à cette signature.  

Cette Convention Canne apporte des améliorations  substantielles pour le revenu des planteurs et permet à la  filière canne-sucre de disposer de la visibilité nécessaire  pour s’inscrire dans l’avenir.  

C’est ensemble que les acteurs de la Réunion (planteurs,  industriels, collectivités locales) avaient appelé de leurs  vœux le maintien de la garantie de prix de la tonne de  canne de référence à 40,07 € pour les planteurs, sur toute  la période 2022-2027, même en cas de retournement des  paramètres extérieurs à la filière (situation de marché  européen défavorable, augmentation du coût du fret, des  intrants …).  

C’est chose faite. Après des échanges approfondis,  l’Etat a pu apporter à l’industrie sucrière les garanties lui  permettant de s’engager à maintenir le prix de la tonne de  canne jusqu’en 2027.  

Une augmentation importante de la tonne de  canne pour tous les planteurs  

Dans le même temps, l’Etat a débloqué une aide  supplémentaire de 14 millions d’euros pour soutenir  le revenu des planteurs de canne, ce qui représente,  d’après les informations communiquées par la DAAF, une  augmentation de 11,23 € par tonne de canne pour les 700  premières tonnes d’un planteur auxquelles vont s’ajouter  

une aide complémentaire annuelle d’environ 3,27€. Avec ces  dispositifs, les planteurs bénéficieront d’une augmentation  de la tonne de canne de 14,50 € pour les 700 premières  tonnes.  

Ce revenu est également renforcé par une renégociation  de la Recette Bagasse Energie (RBE) qui permet désormais  de garantir que cette RBE ne tombera jamais en dessous  de 12,88 € pour les planteurs et pourra être bonifiée en  fonction des teneurs en fibre à la fois à l’échelle de l’île  mais également, sous certaines conditions, à l’échelle  individuelle.

L’enjeu, pour les 6 années qui viennent, est de parvenir  à augmenter la production de sucre réunionnaise et de  continuer à fabriquer des sucres de haute qualité. C’est pour  cette raison que les industriels ont augmenté la prime à la  tonne de canne à 13,8 de richesse pour la porter à 4,60 €.  

La tonne de canne pour une richesse à 13,8% avoisine donc  désormais les 100 €. C’est une avancée réelle pour le revenu  de l’ensemble des planteurs et nous sommes certains que  c’est une satisfaction pour chacun.  

Une augmentation supplémentaire du prix de la tonne de  canne a également été prévue dans cette convention en  fonction du niveau des bénéfices qui seront réalisés par  l’industrie sucrière réunionnaise.  

Un dispositif spécifique adapté aux planteurs  utilisant la coupeuse péi 

S’agissant du cas spécifique des cannes longues récoltées  mécaniquement (coupeuses péi), un dispositif a été mis en  place pour bonifier le prix de la tonne de canne à partir de  9,2% de richesse. 

Avec les différents dispositifs déjà existants pour ce mode  1

de coupe, cela devrait permettre à tous les planteurs  livrant des cannes saines, loyales et marchandes en CLM  de recevoir au moins 30 € à la tonne de canne, ce qui  correspond au montant de l’avance qui leur est versée en  cours de campagne.  

Pour les planteurs ayant des contraintes spécifiques et  qui se situent de manière récurrente sous le seuil de 9,2%  de richesse, les industriels ont mis en place un fonds de  développement spécifique pour financer un programme  d’investissement et de suivi technique adapté à chaque  situation. L’objectif est bien d’accompagner les planteurs qui  le souhaitent pour les ramener à des richesses supérieures  à 9,2%.  

Ces dispositifs pour la coupeuse péi étaient fortement  attendus par les planteurs. La réponse apportée par la  Convention Canne est appropriée et permet désormais  pour chaque planteur en coupeuse péi d’aborder la nouvelle  campagne en toute sérénité. 

Dans ce contexte sécurisant pour les planteurs, il est  indispensable que la mesure de la richesse des cannes  récoltées par la coupeuse péi reflète la réalité de la teneur  en sucre et en fibre des chargements. C’est pourquoi, la  Convention Canne prévoit une vérification incontestable des  mesures pour les cannes longues coupées mécaniquement.  Le dernier paragraphe de l’article 9 bis demandait au CTICS  

de mettre en place la procédure permettant de garantir la  juste mesure de la richesse pour ce type de coupe. C’est ce  qui a été fait lors du Conseil d’administration du CTICS du  18 juillet. 

Cette mesure ne concerne qu’une poignée de planteurs  qui ont fait résolument le choix de ne pas respecter les  règles d’une transaction loyale. La très grande majorité des  planteurs en CLM ne sera jamais concernée par ce dispositif.  

Il est important de rappeler que l’augmentation  supplémentaire de la tonne de canne liée au partage des  bénéfices de l’industrie sucrière est très négativement  impactée par ces irrégularités. Ainsi, farder son chargement  pénalise l’industriel et désormais aussi tous les autres  planteurs qui verront leur bonification réduite d’autant. 

Désormais, si chacun d’entre nous donne le meilleur de lui même, la Convention Canne 2022-2027 permettra d’inscrire  la filière sur le long-terme et ouvrira la voie à de nouvelles  perspectives de développement.  

Nous souhaitons à chacune et chacun d’entre vous une  excellente campagne sucrière 2022. 

RECETTE MOYENNE DES PLANTEURS (CANNE MANUELLE, MOINS DE 700T)  À 13,8% DE RICHESSE 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.